AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Something's Missing By Sydney

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
William C. Silver
Spicy Fruit | Unbelievable Man
avatar

Nombre de messages : 198
Age : 36
BiscuitsMood : To be hungry for love
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Love: His Wife
Relationships:

MessageSujet: Re: Something's Missing By Sydney   Mer 15 Oct - 17:57

Depuis un mois, elle l’avait revu à diverses occasions. D’ailleurs, elle n’avait fait aucun commentaire mais l’avait silencieusement félicité pour l’avoir vu passer du temps avec leurs deux enfants. Son temps en sa présence était souvent écourté et elle avait pensé qu’il se rapprocherait. Ethan allait mieux de jour en jour et revoir son père avait eu un effet des plus positifs sur son état d’esprit. Quand à Joshua, il était égal à lui-même et sa joie de passer du temps avec son frère et son père n’était qu’encore plus communicative. Joan était heureuse de voir ses enfants réunis et tout simplement heureux. Toutefois, il y avait ce désespoir qu’elle avait pu remarquer à plus d’une reprise dans le regarde de James. Elle avait tenté d’engager la conversation avec lui mais il était fermé. Elle ne parvenait pas à savoir ce qui se passait dans sa tête, bien qu’elle l’avait sentit à plusieurs reprises poser son regard sur elle. Elle avait été tentée de lui poser des questions mais lorsqu’elle s’apercevait qu’elle l’avait troublé, il s’éclipsait sans un mot en la laissant seule avec les enfants. Josh dessinait tranquillement accoudé à la table du salon lorsqu’elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir et se refermer subitement. Tournant la tête, elle eut à peine le temps de voir la silhouette de Kelly traverser le salon pour s’enfermer dans sa chambre, sans même ajouter un mot. Jetant un regard à son fils par habitude, elle prit la direction de la chambre de la jeune femme.

- Kelly ouvre moi… commença-t-elle alors qu’elle la sonnerie de l’entrée retentissait.

Elle savait que Kelly allait mal. Ces dernières semaines avaient été difficile. D’ailleurs chaque nuit, elle se rendait compte que Kelly souffrait un peu plus. A plusieurs reprises, elle l’avait entendu pleurer mais n’avait jamais rien dit. Elle ne savait pas comment l’aider, si ce n’était en la forçant à lui parler. Une main sur la poignée, elle entendit la sonnerie retentir une seconde fois puis finalement elle se détourna pour aller ouvrir la porte tandis qu’elle entendait Josh courir dans le corridor pour aller ouvrir la porte. Le rejoignant, elle eut la surprise de voir James refermer la porte avec Josh dans ses bras, tous deux souriant. Son regard croisa alors celui de son mari et durant quelques secondes, elle resta inerte.

- J’aurais dû t’appeler avant de passer-

- Non, non… fit elle en haussant les épaules, s’apercevant qu’elle était en train de le dévisager. Je m’attendais pas à de la visite, c’est tout-

- Tu veux que je reparte-

- Jamie, cette maison est la tienne…

- J’ai vu quelqu’un entrer-

- C’était Kelly… expliqua-t-elle brièvement. Je suppose que tu voulais passer la soirée avec Josh-

- En fait…. Fit-il en posant son fils à terre, qui voulait retourner dessiner. Je voulais diner avec vous deux, ce soir… sauf si tu as d’autres projets, je comprendrais…

- Je… je comptais essayer de faire sortir Kelly de sa chambre pour commencer-

- Elle ne se souvient toujours de rien ? demanda-t-il en suivant Joan qui avançait dans le salon.

- Je ne sais pas vraiment. Elle n’en parle pas. Elle nous pose des questions pour qu’on lui raconte… mais le reste-

- Elle est renfermée… comprit James. T’as essayé de sortir avec elle, faire une activité que vous faisiez ensemble auparavant-

- Avec les photographes qui la pourchasse, c’est pas évident… mais dans le fond, elle est toujours la même. Elle est malheureuse et j’aimerais l’aider… mais je ne suis pas sûre d’avoir les armes pour l’aider…

- C’est qu’une question de temps… et Will dans tout ça ?

- Will… murmura Joan avec un triste sourire. Il n’y aura jamais de Kelly sans Will. Il l’aide à chaque instant… mais il est marié. Et je connais la droiture de Kelly face à une union de la sorte. Elle va le repousser… ce qui m’inquiète c’est que j’ai peur que certains souvenirs refasse surface… comme son viol ou encore l’histoire avec Sara…

- Tu ne peux rien contre ça. C’est son passé et elle devra l’accepter, vivre avec même si ça sera dur. Mais elle a l’avantage d’avoir des personnes qui se soucient d’elle… elle reviendra vers vous. Elle a besoin de temps pour accepter ça-

- C’est ce que tu as fait… Pour Lukas…

- J’en sais rien, baissa-t-il la tête. Pendant des années, j’ai fait comme s’il n’avait jamais existé. Comme si ces souvenirs n’avait été qu’un mauvais rêves… mais Ethan m’a rappelé que tout ça était réel. Ma mère m’en voudra toujours d’être vivant, de ne pas être auprès d’elle et de ne pas m’enterrer dans sa dépression… j’ai su m’en sortir. Peut être parce que je n’étais encore qu’un enfant… mais je ne veux pas que cette histoire gâche ma vie, notre vie… avoua-t-il tout bas sans croiser le petit sourire qui naissait aux coins des lèvres de Joan.

- On serait ravit de dîner avec toi ce soir… souffla-t-elle alors en cherchant son regard durant quelques secondes.

A sa remarque, il baissa son regard dans le sien et le sourire qu’elle avait sur les lèvres, le charma à la première seconde. Il n’y avait qu’elle qui pouvait lire entre les lignes. Elle était la seule à changer de sujet radicalement lorsque la discussion devenait intime et, c’était justement ces détails qui faisaient qu’il l’aimait tant. Il n’avait pas parlé aussi calmement avec elle depuis des années et il se rappela combien c’était agréable de discuter ou d’échanger des idées avec elle. Car même si elle était une orpheline, Joan était à la fois instruite et intelligente. Détails qui n’était pas forcément évident lorsqu’on l’observait mais Joan était étonnante dans tous les domaines, ce qui avait toujours pour eu le don de le faire craquer.

*.*.*.*.*.*.

Pour une fois, il n’allait pas être le dernier à sortir du boulot. Il ne l’avait pas prévenu et bien qu’il sache qu’elle avait une séance importante et tardive, il rejoignit le studio où il était sur de la trouver. Leur relation évoluait lentement et il se félicitait de l’avoir convaincue de l’intensité de leurs sentiments et d’être parvenu à la garder à New York pour quelques semaines. Au fond de lui, il savait que sans cette discussion elle serait déjà repartit pour des séances photos à l’autre bout du monde. Montant les quelques marches qui menait à l’étage où le studio photo avait été aménagé, il prit son temps puis pénétra à l’intérieur avant de parler à quelques responsable du déroulement de la séance. On le laissa alors pénétrer dans la pièce où il put la voir sous le lumière de projecteur sur un fond de couleur. Des ventilateurs tournant à plein régime, il aperçut le photographe qui parlait visiblement au mannequin. Dans une robe unie qui laissait découvrir ses longues jambes et sa taille parfaite, il se demandait comment il pouvait la laisser continuer d’autres hommes l’observer sous toutes les coutures. La réponse lui vint naturellement et il comprit que le bonheur de la jeune femme était primordial. A peine quelques minutes s’étaient écoulées lorsqu’il aperçut une jeune femme éteindre les ventilateurs, puis le photographe s’approcher de Tracy. Il ne voulait pas la déranger juste apprécier le moment et l’observer dans son élément. Elle semblait d’ailleurs en grande discussion avec le photographe qui, apparemment lui expliquait ce qu’il attendait d’elle. Hochant la tête et lui adressant un léger sourire, elle s’éloigna de lui alors qu’une jeune femme s’approchait de Tracy et vint lui murmurer quelques mots. Il ne fallut alors que le temps d’une seconde pour que son regard croise le sien. Le sourire qu’elle lui adressa n’avait rien à voir avec celui qu’elle avait échangé avec le photographe.

L’observant dans cette robe, il avait l’impression de voir une autre facette de sa personnalité. Bien qu’il connaisse son travail, il ne pouvait s’empêcher d’être fasciné par elle. Tracy était d’une beauté saisissante et à cet instant, il réalisa qu’il l’avait mal comprise. Par son attitude envers ce photographe, elle lui prouvait qu’elle n’était pas ce mannequin dont on ternissait la réputation depuis des années. Elle était simple et naturelle. Des mannequins comme il en existe peu et surtout, elle semblait n’accorder que peu d’importance à son physique. Ce détail, il l’avait remarqué depuis longtemps, à sa façon de manger tout et n’importe quoi à tout moment de la journée ou de la nuit. Son attitude auprès des autres était révélatrice. Elle ne prenait personne de haut et accordait un regard ou un mot à chaque personne du studio. En réalité, elle savait que sans eux, elle ne serait rien. Il réalisa alors que Tracy était une femme comme les autres mais qui avait la chance d’être reconnu dans le milieu. Lorsqu’elle se retrouva face à lui, il était toujours dans ses pensées. Il la vit toutefois poser un regard suspect sur lui face au regard qu’il lui adressait.

- Désolé, fit-il avec un sourire. Je voulais te faire la surprise…

- C’est une très bonne surprise, figure toi… s’approcha-t-elle en remontant une main sur son torse. C’est une chose que je n’aurais jamais cru possible. Toi dans un studio venant me chercher…

- Ah oui ?! Et bien, sache qu’il se pourrait que ce genre de chose se reproduise régulièrement.

- C’est très loin d’être désagréable… surtout quand tu me regarde de cette façon, souffla-t-elle à quelques centimètre de ses lèvres, tandis que le regard d’Andy ne laissait aucun doute à ce qu’il pouvait penser, ses yeux rivés sur ses lèvres et une main déjà glissée sur sa hanche qui la rapprochait de lui.

- Je me disais qu’on pourrait dîner au restaurant-

- A vrai dire… hésita-t-elle en croisant son regard. J’espérais qu’on dînerait à la maison… juste tous les deux. J’ai pas vraiment envie de voir du monde-

- Comme tu veux… mais tu es sure d’arriver à avaler un repas de ma confection ?

- On commandera… et puis ça me laissera tout le temps nécessaire pour me consacré à toi-

- Oh… fit il avec un sourire. Serais tu en train de me dire que tu avais déjà des plans en tête avant que j’arrive ici.

- Possible… souffla-t-elle avec un sourire espiègle. Je vais me changer, j’en ais pour deux minutes… disparut Tracy en lui adressant un petit sourire qui allait certainement le rendre fou d’ici peu.

Désormais seul dans le studio alors qu’il avait à peine vu les membres du staff partir et rejoindre leur domicile ou leurs activités pour la soirée, lui il était là. Il y a de ça quelques mois, il n’avait pas imaginé que leur relation prendrait un tournant si romantique. Tracy était d’une douceur inégalable et surtout, elle n’avait que peu de chose en commun avec Juddi. Alors qu’il avait aimé Juddi pendant des années. Deux femmes diamétralement différentes mais qui dissimulait un cœur d’or. Il n’eut pas le temps de s’apercevoir du temps passé que Tracy réapparaissait dans une tunique blanche et un legging noir, de petites ballerines sombre aux pieds. Un sourire aux lèvres, il en vint très vite à glisser son bras autour de ses épaules avant de lui ouvrir la porte du studio quittant l’endroit pour leur soirée prometteuse.

*.*.*.*.*.*.

- Je sors ce soir-

- Tu sors ? fit son ami avec un regard quelque peu étonné. Ce n’est pas dans tes habitudes de sortir seule-

- James veut qu’on dîne tous les trois-

- Oh… bien sur, sourit-il mystérieusement. Et ton histoire avec Mark ? je croyais que c’était sérieux.

- Mark n’est pas James.

- Jamie est au courant ? parce que ça m’étonnerait qu’il veuille te partager avec un autre-

- Will, fit Joan. Il ne s’est rien passé avec Mark malgré tout ce que toi et les autres pouvez croire. Je sais que ma relation avec Mark était ambiguë, mais je n’ai pas eu de nouvelle de lui depuis trois semaines… et puis depuis le retour de Jamie…

- Je sais que t’aime Jamie… je tenais juste à m’assurer que tu ne te sentes pas tirailler entre deux hommes. Tu as réussi à parler avec lui ?

- Tu as parlé avec Beth ? répliqua-t-elle en déviant du sujet comme elle savait si bien le faire.

- C’est un coup bas ça ! fit il avec une demi grimace.

- J’ai pas mon mot à dire dans tes relations entre Kelly et Beth… mais tu connais Kelly comme moi. Elle ne voudra pas être celle qui brisera ton mariage-

- Beth me reproche déjà de passer trop de temps avec Kelly… mais je ne peux pas la laisser seule en proie à son passé. Kelly souffre et j’en suis en partie responsable…

- Ces derniers temps, je l’ai entendu pleurer la nuit. Je voulais essayer de lui parler mais elle est plus muette qu’un tombe-

- Ses souvenirs reviennent progressivement… et en l’occurrence ceux de son viol et de Jason.

- Et comment tu comptes gérer ça ? demanda-t-elle, sachant que pour sa part elle se sentait impuissante dans sa position.

- Comme je l’ai toujours fait. Je serais là et j’attendrais qu’elle me parle…

- Et si elle ne le fait pas ?

- Elle le fera… parce que même si elle a des doutes sur moi, elle sait que je ne lui veux pas de mal. Je lui avais tout raconté Joan. Ses souvenirs la hantent mais elle sait que je ne lui ais rien caché sur sa vie… d’une certaine façon, elle est consciente qu’elle peut s’appuyer sur moi et que je serais présent pour elle.

- Et après ça, tu aimes ta femme hein ! fit elle avec un sourire espiègle.

- Joan-

- Ne dis rien Will. Quoique tu fasses… je sais que Kelly sera ta priorité. Bien que tu sois marié, je ne t’ai jamais vu partager une telle connexion avec Beth… Tu n’as pas besoin de me le dire. Je sais exactement ce que tu peux ressentir pour elle…

- Pourtant tu n’as fait aucun commentaire en ce qui concerne mon mariage.

- J’espérais que ça te rendrait heureux. Mais il suffit que je te vois dans une même pièce avec Kelly pour comprendre qu’elle est la seule à pouvoir te faire éprouver ce sentiment, ajouta-t-elle alors que la sonnerie de l’entrée retentissait. Ça doit être James-

- Je vais rester, fit-il après un léger silence. Profite de ta soirée en famille. Je m’occupe de Kelly-

- Pour ça, je te fais confiance ! Sourit-elle en lui adressant un clin d’œil malicieux. Retournant un sourire à son amie, il la vit disparaître par le corridor avec Josh.

La porte se refermant, il resta plusieurs minutes à errer dans le salon avant de se décider à essayer d’aller lui parler. Il récupéra néanmoins quelques photos dans le salon puis osa enfin aller frapper à la porte de sa chambre, tout en sachant qu’elle risquait de ne pas lui ouvrir la porte.

- Joan est partie. Il n’y a que moi… ouvre s’il te plait…

*.*.*.*.*.*.

_________________

BY SYDNEY & FIZWIZBIZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William C. Silver
Spicy Fruit | Unbelievable Man
avatar

Nombre de messages : 198
Age : 36
BiscuitsMood : To be hungry for love
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Love: His Wife
Relationships:

MessageSujet: Re: Something's Missing By Sydney   Mer 15 Oct - 17:58

Debout devant la commode où une photo était posée, son regard restait figé sur les sujets de la photo. Elle et Will, une fois de plus. Le cliché semblait remonté à quelques années et leur peau tannée par le soleil mettait en valeur leurs regards saphir. L’intensité des regards qu’ils partageaient en disait long sur leur décontraction. Le sourire naturel et spontané qu’elle adressait au jeune homme lui donnait encore un aperçu de l’amour qu’elle semblait lui vouer. Ses souvenirs n’étaient qu’un amas d’images dans le désordre et elle n’avait aucun souvenir d’un moment tel que celui là. Cependant sur ce cliché, elle s’aperçut qu’elle portait déjà sa bague de fiançailles. Cette bague qui ne la quittait pas, malgré le mariage de Will. Ce fut alors l’instant précis qu’une autre série d’images défila dans son esprit.

*.*.*.*.*. Flasback *.*.*.*.*.

Lorsqu’elle était dans la chambre et qu’elle avait enfilé cette robe, elle n’avait pas songé que les chaussures pourraient être un inconvénient à leur soirée. Danser toute la soirée dans ses bras resterait l’un des moments les plus heureux de leur vie, il allait falloir qu’elle oublie qu’elle avait terriblement mal aux pieds. Alors qu’ils marchaient sur la plage, elle avait ôté ses chaussures dans un long soupir de soulagement. Elle le vit esquisser un sourire tandis que d’un seul coup, elle redescendait de dix centimètre. A coté de lui, elle se sentait toute petite. Elle n’était pourtant pas aussi petite qu’on pouvait le présager. Du haut de son mètre soixante et onze, elle était largement dans la moyenne mais Will était grand et lorsqu’elle était à coté de lui comme à présent, elle aimait sentir ses muscles fort l’envelopper. Passant son bras sous le sien, le suivant d’un pas lent, elle était encore étourdie par leur soirée dans le restaurant qui avait une piste de danse aménagée dans une salle voisine. Ils avaient à peine mangé et profiter de la soirée pour être dans les bras l’un de l’autre que ça soit sur toute sortes de musique, endiablé ou romantique. Elle le suivait sur la plage, elle ne savait même pas pourquoi ils se trouvaient là.

- Tu ne m’avais jamais dit que tu étais un aussi bon danseur-

- Il y a des choses que je ne révèlerais jamais, même sous la torture d’une femme affreusement sexy ! Sourit-il.

- Oh… et donc on est ici parce que ? Hésita-t-elle.

- Tu sais… quand j’ai commencé à composer et à écrire, je ne savais que le groupe pourrait aussi bien marcher. Je ne savais pas qu’on resterait tous fidèles les uns aux autres. Le groupe aurait pu être recréé si on m’avait cherché un remplaçant-

- Personne ne le souhaitait. Ils ont toujours espéré que tu reviendrais.

- Et finalement Pete t’a prit sous sa coupe et il a fait un travail exceptionnel. Personne ne peut savoir comment se déroulera ta carrière, notre vie, le groupe, la tournée… mais je sais ce que je veux. Et sans hésitation, c’est toi…

- Will-

- Laisse moi finir, s’il te plait, fit il en s’arrêtant au milieu de la plage et de pointer le ciel de son index, alors qu’elle fronçait les sourcils. Tu vois la petite Ourse, traça-t-il avec son doigt. Là, au Sud, c’est Cassiopée et entre les deux, on a une étoile et celle sur le coté, elle a un nom…

- Qu’est ce-

- Je ne sais pas si tu feras une grande carrière, l’interrompit-il, mais je voulais que tu sois parmi les étoiles, fit il en sortant une feuille plié en quatre de la poche de sa veste. Celle là, s’appelle Kelly Wells, pointa-t-il l’étoile du doigt sous le clair de lune. Parce qu’où qu’on soit, ensemble ou non… je pourrais te voir de n’importe où sur Terre… souffla-t-il en plongeant son regard dans le sien.

- Une étoile ?! S’éberlua-t-elle alors qu’elle sentait des larmes lui monter aux yeux. Plus ils passaient du temps ensemble, plus il la surprenait. Elle se demandait bien ce qu’il pouvait encore faire pour la surprendre. Je fais partie du ciel… j’en avais presque oublié le célèbre romantisme de William Kaine ! Sourit-elle en se jetant dans ses bras, tandis qu’émue, des larmes se mettaient à couler le long de ses joues.

Sentant ses bras l’envelopper, elle était à la fois folle de joie et mal à l’aise. Personne ne lui avait fait un tel cadeau. Elle était une étoile et un jour on parlerait de l’étoile Kelly Wells, elle était proche de Cassiopée et c’était un point de repère. Elle aimait ça et surtout, elle l’aimait lui pour songer à ce genre de petit cadeau si romantique et unique. Comment une telle idée avait pu germer dans sa tête. Passant ses bras autour de son cou, elle sut définitivement que Will serait le seul homme dans sa vie. Aucun ne pourrait jamais égaler cet amour qu’il lui portait. Il avait tant à donner même s’il était parfois maladroit dans sa façon de faire. Elle l’aimait comme il était, et surtout elle adorait ce « petit garçon maladroit ».
Passant une main sur sa joue, elle sourit contre ses lèvres avant de l’embrasser furieusement. Elle était folle de lui. Bien que ça datait de plusieurs années, Kelly était toujours étonné qu’il trouve toujours quelque chose pour la surprendre. Will était un mystère et ça ne faisait que renforcer ses sentiments pour lui. Se détachant légèrement, un sourire envahit son visage, soufflant tout bas alors que Will effaçait ses larmes de bonheur sur ses joues rosées.

- T’en as d’autres comme ça ? Sourit-elle, encore émue par son cadeau des plus romantiques.

- Oui… Mlle Wells… me feriez vous l’honneur… commença-t-il plongeant une main dans la poche de son pantalon, serrant le petit écrin dans sa main avant de poursuivre, de prendre un bain de minuit avec moi ? Souffla-t-il un sourire espiègle brillait à la fois dans son regard et sur ses lèvres.

*.*.*.*.*. Flasback *.*.*.*.*.


- Hey, tout va bien ? demanda alors Will en revenant dans la chambre, la voyant fixer la photo sans bouger.

Les bras chargé, il déposa le plateau repas, sur le bureau, qu’il avait réchauffé. Le livreur ayant livré le dîner quelques heures plus tôt. Il s’approcha alors d’elle, posant ses mains sur ses épaules comme l’avait fait des milliers de fois par le passé. Son souffle descendit dans le cou de la jeune femme et après une seconde, il la sentit s’adosser lentement à lui. Peut être s’inquiétait il trop, mais c’était plus fort que lui. Elle était vulnérable et il ne supportait pas ça. Il sentit alors sa main venir recouvrir la sienne.

- Je vais bien… murmura-t-elle en le sentant sur le point de plus en plus inquiet. Parfois… non rien, fit elle finalement avant de sentir les mains de Will sur sa taille qui la forçait à se tourner vers lui.

- Ne t’arrête pas… fit il doucement. Tu dois comprendre que je resterais avec toi. Alors si tu as besoin de parler ou de quelqu’un pour t’écouter, je suis là… j’aimerais t’aider… mais tu es la seule à pouvoir trouver les réponses que tu cherches.

- On était partis en vacances… fit elle ne prenant la photo derrière elle. C’est là bas que tu m’as demandé en mariage… releva-t-elle les yeux vers lui, tandis que la douceur dans le regard de Will n’en était que plus attendrissante.

- Oui… C’était nos premières vacances… tu étais radieuse. Je ne t’avais jamais vu aussi souriante depuis notre rencontre. J’étais anxieux à chaque instant… parce que je voulais que tu te souviennes toute ta vie de cet instant-

- Tu as offert mon prénom à une étoile… pour que d’où que je sois, on puisse être ensemble…

- Exact, sourit il en repensant à cet instant sur la plage. On n’avait pas été aussi proche depuis longtemps. J’ai toujours essayé de faire le nécessaire pour te rendre heureuse… A Kingston, on était un couple comme un autre… il n’y avait aucun photographe. Il n’y avait que toi et moi. Personne n’était là pour chercher à nous séparer…

Sa main toujours dans la sienne, son regard se riva au sien pendant plusieurs secondes. Elle était attirée par lui et le dissimuler se révélait être une tache de plus en plus difficile. Will avait une présence rassurante et lorsqu’il était là il l’empêchait de s’appesantir sur son sort. Ses doigts glissé entre les siens, son regard tomba sur sa bague de fiançailles.

- Je devrais te la rendre, murmura-t-elle en commençant à retirer lentement sa bague tandis que la main de Will vint soudainement recouvrir ses deux mains. Elle leva les yeux vers nuit tandis qu’il secouait la tête.

- Je ne l’accepterais pas. Ça serait nier notre relation. Je me suis marié et tu m’en voudras assez longtemps pour les cinquante prochaines années à venir… mais cette bague, je l’ai choisie pour toi. Parce qu’une seule femme était capable de me faire ressentir à la fois la passion, la douceur, la tendresse, l’amour… je ne veux pas que tu l’enlèves-

- Tu n’aurais pas du venir-

- On en a déjà parlé, lui rappela-t-il en douceur alors que sa main venait tendrement caresser sa joue. Ce soir, je suis là pour toi.

- Tu devrais plutôt te tenir à distance. Je ne suis pas celle que tu crois-

- Et tu crois quoi ? Tu crois que je n’ai pas conscience de cette force qui me pousse vers toi ? Que même quand je suis loin, je n’arrête pas de penser à toi ? Il y aura toujours quelque chose entre nous… parce qu’on a été un couple, parce que tu es une femme sublime et qu’on a une famille ensemble… et parce que tu es définitivement la femme la plus attirante que j’ai jamais rencontrée…

- Will, ne me dit pas ça… le fixa-t-elle. Ton mariage est très important. Et je ne prends pas ça à la légère…

- Je sais… mais ce soir, je suis avec toi, répliqua-t-il une fois de plus alors qu’il la voyait fermer les yeux.

- Comment tu en es venu à tout savoir pour mon viol ? Pourquoi tu es resté ? Je n’ai rien à offrir-

- Viens… souffla-t-il en l’attirant vers le lit avant d’y prendre place à coté d’elle. A mes yeux, je n’ai jamais jugé ce que tu m’as raconté. Tu as souffert physiquement et moralement. Ton viol était une lourde épreuve et le procès en était une autre. Mais tu as eu la force de te confier à moi. Dès notre rencontre, quelque chose s’est produit. Je ne pourrais pas te l’expliquer en détail mais c’était comme si mon cœur avait reconnut le tien. Au début, tu ne supportais pas que je te touche… et progressivement, à force de persuasion tu as commencé à me faire confiance. Et naturellement, tu m’as tout confié… à compter de ce jour, on a été plus proche… vraiment proche. Tu n’as plus évoqué ce sujet mais régulièrement, je reconnaissais ses moments où tu te morfondais. Ces jours là, je me débrouillais pour être à tes cotés et par ma présence, je t’apportais un soutien, un réconfort, une épaule pour pleurer… j’étais simplement présent et je faisais de mon mieux pour t’aider…

- Et c’est parce que je me souviens que tu es venu ce soir…

- Parce que j’ai envie d’être avec toi… parce que personne ne peut comprendre ce que je ressens pour toi, souffla-t-il allongé sur le lit, avant de tourné la tête vers elle. Il n’existe qu’une seule Kelly Wells…

- Tu devrais être condamné pour être si gentil, adorable et sexy, fit-elle en se rapprochant machinalement de lui.

Elle n’avait pas prévu de se retrouver dans ses bras mais c’était le seul endroit, où elle sentait elle-même. Sa tête glissée dans le creux de son cou, ils étaient dorénavant silencieux. Elle sentait son bras enrouler son corps et sa main se poser sur sa hanche. Cette sensation d’appartenance et de proximité, elle ne l’avait jamais ressentit avec autant d’intensité. Les yeux fermés, elle s’enivrait de son parfum si viril qui le représentait totalement. Les doigts de Will caressait tendrement sa hanche sans vraiment y prêter attention. Il la vit alors au bout de quelques secondes lever la tête vers lui. Son regard croisa le sien et depuis bien longtemps, il avait cette sensation que rien ne pourrait empêcher ce qui allait arriver. Car il la connaissait et que chacun de ses regards avait une signification bien particulière. Il sentit alors la main droite de Kelly se poser près de son cœur et la seconde suivante, il sentait ses lèvres recouvrir les siennes tandis qu’à son tour, il lui retournait ce baiser avec fureur, la faisant rouler sur le lit. Il se devait d’être prudent et de ne pas la faire souffrir. Kelly était la femme de sa vie mais elle allait souffrir s’il poursuivait dans cette direction, il fit alors glisser une main le long de son corps tandis que chacun de leur baiser les enfermaient un peu plus dans cette bulle, une bulle de passion que personne n’était capable d’éclater.

*.*.*.*.*.*.

_________________

BY SYDNEY & FIZWIZBIZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William C. Silver
Spicy Fruit | Unbelievable Man
avatar

Nombre de messages : 198
Age : 36
BiscuitsMood : To be hungry for love
Date d'inscription : 04/03/2008

Feuille de personnage
Love: His Wife
Relationships:

MessageSujet: Re: Something's Missing By Sydney   Mer 15 Oct - 17:59

Le lendemain matin après sa soirée avec James, elle était en pleine contemplation de son café encore perdue. La soirée s’était bien déroulée. L’impression de l’avoir retrouvé se profilait mais il était encore fermé, elle le sentait. Elle lui avait proposé de rester la nuit précédente mais la panique dans le regard de James suffit à lui faire comprendre que c’était encore trop tôt et qu’elle devait s’armer de patience pour qu’il prenne la décision de revenir. Josh l’avait réveillé une heure plus tôt en jouant au trampoline sur son lit. Ce dernier était toujours plein d’énergie et regardait tranquillement ses dessins animé, allongé sur le canapé avec son doudou dans les mains. C’était un rituel que Joan n’avait pas le cœur à rompre. Mais elle savait que le jour où Ethan reviendrait à la maison, tout serait différent et qu’elle devra s’accommoder à voir des jouer trainer partout dans la maison, mais peut être James serait il revenu, ne put-elle s’empêcher de penser. Elle fut alors sortie de sa rêverie par un bruit de pas. Elle leva alors les yeux et vit la mine ensommeillée de son ami. Sa chemise ouverte, il laissait apparaître un débardeur blanc qui lui collait à la peau. Elle lui adressa un petit sourire en coin tandis qu’il terminait de boutonner sa chemise. Il vint alors s’asseoir à un tabouret du comptoir.

- J’ai toujours dit que tu ne savais pas lui résister-

- C’n’est pas ce que tu crois.

- Vraiment ? fit-elle, un brin amusé par l’attitude de son meilleur ami. T’as pas à te justifier… enfin pas à moi.

- Comment c’est passé ta soirée ? Dévia-t-il ne souhaitant pas trop s’étendre sur le sujet de Kelly.

- Je pense qu’avec le temps… certaines choses rentreront dans l’ordre. Mais j’en ais pas finit avec toi ! fit elle en pointant son index dans sa direction. Comment elle va ?

- Difficile à dire… mais on avance. Je vais rester encore un peu pour m’assurer que ça ira pour aujourd’hui-

- Vraiment ? Rit doucement Joan.

- Oui ! Elle a passé la nuit dans mes bras…

- Dans tes bras… et tu vas me dire qu’il ne s’est rien passé ?

- J’ai pas dit ça… enfin- on a passé la soirée à s’embrasser, jusqu’à ce qu’elle s’endorme… elle n’a pas pleuré une seule fois.

- Et après, il ne s’est rien passé hein ! Le titilla-t-elle en souriant, tandis que pour une des rares fois, elle le voyait avec un vrai sourire sur le visage. Ça fait du bien de te voir sourire…

Il ne répondit pas et prit la tasse de café qu’elle fit glisser vers lui. Avec Joan, ils n’avaient pas forcément besoin de parler et c’était entre autre ce qu’elle appréciait avec lui. Les yeux plongé dans le liquide noir, elle sentait le regard de Joan et releva les yeux vers elle.

- Je sais que tu penses-

- Je ne te reprocherais jamais de suivre ton cœur.

- Ouais… soupira-t-il en entendant une porte se refermer. Il ne fut alors pas long à sentir une présence se glisser dans son dos puis venir s’asseoir sur le tabouret voisin. Tournant la tête, il esquissa un petit sourire en croisant son regard.

Répondant à son sourire, elle se sentit un peu mal à l’aise lorsqu’elle capta le regard malicieux de Joan. Croisant à nouveau les yeux saphir de Will, ce dernier vint l’embrasser au coin des lèvres et elle entendit les propos de Joan.

- Je m’étonne que vous ayez passé la nuit uniquement à vous embrasser… lança-t-elle en s’éloignant avec sa tasse de café à la main. Kelly tourna alors la tête vers Will, gênée.

- Tu lui as dit ?!

- Bien sûr… Joan est une tombe. J’ai une confiance entière en elle. Elle ne dira pas un mot en ce qui concerne ce qui nous lie. Je te le jure…

- C’n’est pas que je n’ai pas confiance… je ne veux pas créer de tension-

- ça n’arrivera pas, souffla-t-il en venant glisser ses doigts sur sa joue, caressant sa peau douce et délicate. Pourquoi tu ne passerais pas à la maison cet après midi ? Je serais avec Rose pour son cours de piano-

- Tu lui apprends vraiment à jouer…

- Oui et puis… tu pourrais essayer. Qui sait, ça te ferait surement du bien aussi…

- Will, je ne suis pas prête à reprendre toute ma vie, la musique, les enregistrements, la tournée… c’est beaucoup trop tôt-

- C’est pas ce que je suggère… mais la musique t’a toujours aidé à exorciser ton mal être et tes souffrances. Je te l’ai dit, je veux ton bonheur… et puis, je suis sûr que Rose serait ravit de passer l’après midi avec sa maman, souffla-t-il avec ce sourire sexy qui le caractérisait tellement.

Face à lui, elle était à deux doigts de craquer. Evidemment qu’elle voulait une place à part entière dans la vie de ses enfants, et être près de lui ne serait qu’un bonus. Elle pourrait alors profiter de sa présence, de ses regards et d’une certaine façon de lui. Mais elle s’interdisait de ne pas oublier qu’il était marié. Et dire qu’elle avait passé toute la soirée de la veille à l’embrasser. Était-elle devenue folle ? Lorsque son regard se souda au sien, elle lut cette malice dans ses yeux. Les yeux de Will prenait une intensité bleuté lors de ses moments et lorsqu’elle sentit ses lèvres happées les siennes, elle oublia toute notion pour répondre fiévreusement à son baiser comme si sa vie entière en dépendait. Quoiqu’elle puisse dire, Will l’attirait, elle aimait se retrouver dans ses bras et l’embrasser. Inconsciemment, elle réalisait que ses sentiments ne faisaient que s’intensifier et que bientôt elle serait amoureuse de lui, si ça n’était pas encore le cas.

*.*.*.*.*.*.

2 semaines plus tard,

Depuis plus d’une semaine, elle se convainquait qu’elle devait lui parler. Elle appréhendait néanmoins cette discussion. Parce qu’elle connaissait son frère et que dans certaines situation, il était intransigeant. Ainsi elle songea qu’elle devait lui révéler les nouvelles en douceur ou alors à un moment où il serait en colère. Lorsqu’elle se gara devant la maison, elle prit une lente inspiration, se préparant au discours qu’elle allait lui tenir. Owen s’était même proposé de l’accompagné mais elle avait tenté de lui faire comprendre que c’était à elle de gérer ça avec son frère. Sortant enfin de la voiture, elle fit le tour de la maison, rentrant par la terrasse. Entendant de la musique, elle se dirigea vers la baie vitrée du studio où elle le vit avec Rose. Lui expliquant en douceur quelque chose, il était accroupi près d’elle tandis que la concentration de la petite fille n’en était que plus évidente. Juddi esquissa alors un sourire lorsqu’elle vit Will se relever puis croisa le regard de Rose qui après quelques secondes vint se jeter dans ses bras. La soulevant puis l’embrassant, elle ne reconnaissait que les traits de Kelly sur sa nièce. Elle en était complètement bouleversée, qu’elle se demanda à qui son bébé ressemblera le plus. Elle leva alors les yeux vers son frère qui souriait de voir sa fille et sa sœur si proche.

- Je ne m’attendais pas à te voir aujourd’hui. Il se passe quelque chose de particulier ?

- Non, fit elle en déposant Rose sur le sol qui retournait déjà au piano. Je comptais simplement passer de voir-

- T’as fait tout ce chemin pour me voir ? Je t’ai connu plus convaincante.

- Ok, j’avoue… haussa-t-elle les épaules. Je voulais te parler… d’un sujet délicat.

- Délicat à quel point ?

- Owen et moi…

- Il est marié, lui rappela-t-il en contenant une certaine colère.

- Il est en instance de divorce…

- Donc vous vous êtes remit ensemble…

- Oui… murmura-t-elle en omettant de lui dire que durant deux ans, elle avait été sa maitresse. Mais il y a autre chose… que je dois t’avouer.

- Pourquoi, à chaque fois que tu me dis ça, je m’attends forcément au pire ?

- Parce que tu me connais… et que tu m’adores malgré tout. Je ne voulais pas que tu l’apprennes par quelqu’un d’autre… je suis enceinte…

*.*.*.*.*.*.

Au départ, il avait été réticent. Une soirée comme celle-ci, il n’était pas sur d’être à son aise. D’autant plus que beaucoup de monde serait présent. S’il avait été seul avec Joan, il n’aurait pas hésité mais là le groupe était présent ainsi qu’Owen, Pete, Will, Juddi, Beth, Matt, Kelly, Tracy et Andy. Il sentait le regard de Joan sur lui et il essayait de dédramatiser et que tout se passerait bien. Les enfants avaient été confiés en partie à Paulina, la mère de Will qui se faisait un plaisir de recevoir tous les enfants chez elle. Croisant le regard de sa femme, il savait que les discothèques n’étaient pas son truc et pourtant, elle l’avait invité à venir. Ne faisait elle pas un effort pour justement recoller les morceaux ? Comment ne pouvait-il pas être séduit par cette femme qui faisait des efforts pour sauver leur mariage. Revenant du bar avec leurs boissons, il s’avança vers elle quand il aperçut un type qui parlait avec elle. Il n’était pas de nature jalouse et d’ailleurs ce type ne faisait que discuter mais cette vision l’agaça. Sans un mot, il vint se glisser sur la banquette à ses cotés puis naturellement glissa un bras sur le dossier derrière Joan, entourant les épaules de cette dernière. Echangeant un bref regard avec le type, ce dernier s’éclipsa très vite tandis que Joan prenait son verre, esquissant un petit sourire. Levant les yeux vers lui, elle ajouta malgré la puissance de la musique dans la salle.

- C’est pas beau d’être jaloux…

- Je ne suis pas jaloux. J’aurais des raisons de l’être ? demanda-t-il simplement.

- En tout cas, ça te rend encore plus sexy… et crois moi, c’est la chose qui est loin de me déplaire… lui lança-t-elle en buvant une gorgée de son cocktail avant de laisser tomber sa tête sur son épaule.

- Je ne voulais pas que tu souffres. Je me sentais responsable et impuissant face à la situation… mais tu n’y étais pour rien. Je suis désolé-

A peine eut elle entendu ses derniers mots, qu’elle relevait la tête vers lui. Il était sincère et elle en était consciente. Une main posée sur sa joue, elle ne le quittait pas des yeux.

- Ne t’excuse pas. Ethan va mieux… notre famille est en train de voir le bout du tunnel. Tu un bon père et un bon mari. Ne te rend pas coupable… on s’en sort chéri et c’est l’essentiel-

- J’en suis pas aussi sur-

- Je finirais par t’en convaincre ! fit elle avec un sourire espiègle sur le visage avant de se rapprocher de lui, posant une main sur son torse et capturant doucement ses lèvres.

Accoudé au bar, elle attendait d’être servit lorsqu’une femme s’éclipsa, lui laissant alors le tabouret de libre. En profitant pour s’asseoir, elle patienta que sa boisson soit préparé lorsqu’un homme se glissa près d’elle, déposant un plateau sur le bar. Lui jetant un regard, ce dernier lui sourit amicalement. Si cet homme semblait nickel en apparence, son regard laissait présager d’autre chose. Il savait remarquer les jolies filles et au-delà de ça les filles vulnérable. Il ne les considérait pas comme des jouets mais il aimait profiter de leur naïveté. Coulant un regard vers la jeune blonde au regard azur accoudé au bar, cette dernière lui adressa un demi-sourire de politesse, attendant toujours d’être servi.

- ça fait longtemps que vous attendez ? demanda-t-il par-dessus la musique.

- Quelques minutes-

- Laissez-moi faire. Vous vous appelez comment ?

- Je crois que vous êtes attendu, fit-elle en tentant de se dépêtrer de ce type.

- Mon boulot est de m’assurer que personne ne meurt de soif, Mademoiselle… Je m’appelle Jimmy, dit il en faisant un premier pas vers elle, ne doutant pas que la jeune femme ne tarderait plus à lui révéler son prénom.

- Enchanté… je m’appelle Kelly…

A l’étage supérieur, accoudé à la rambarde, il ne la quittait pas des yeux. Il n’avait de cesse de s’inquiéter pour elle. Accompagné de Beth, il ne pouvait pas abandonner sa femme pour Kelly. Ses relations avec Beth étaient déjà très tendues et elle avait tenue à venir pour se changer les idées et pour se retrouver avec lui. Pourtant à cet instant, ça n’était pas Beth qui envahissait chacune de ses pensées. Son regard porté sur le bar, il la vit discuter et sourire à un type. La musique assourdissante empêchait toute personne d’entendre son soupir et lorsqu’il sentit un bras entourer sa taille, il tourna la tête après un instant de surprise. Il s’était attendu à voir une fille l’accoster le fait qu’il s’agissait de sa femme le dérouta sur l’instant. Il en avait même oublié qu’il était marié. S’appuyant le dos contre la rambarde, elle fit glisser une main sur son torse, se rapprochant alors un peu plus de lui. Il était marié à une femme qui ne lui faisait pas éprouver la moitié de ce qu’il ressentait en présence de Kelly. Se calant un peu plus dans ses bras, Beth vint glisser sa tête dans le creux de son cou, déposant alors une série de baisers sur sa peau tandis que le regard de Will tombait beaucoup plus bas, sur Kelly et cet homme qui lui tournait autour. Il croisa alors le temps d’une très longue seconde le regard de Kelly et il comprit qu’il se pourrait que jamais plus, il ne la retrouve. Les moments qu’ils avaient vécus ensemble faisaient dorénavant partis du passé. Des moments volés dont tous deux devraient oubliés car de nouveau elle remettait cette distance entre eux. S’il s’écoutait réellement, il se détacherait de Beth et irait la voir, mais c’était impossible. Beth était sa femme et il avait le devoir de la rendre heureuse alors que son souhait le plus cher était de rendre heureuse Kelly. Comment pouvait-il sortir de cette situation sans avoir à choisir entre son cœur et sa raison ? Un dernier regard et il vit alors Kelly s’éclipser pour une autre partie de la discothèque. Cette fois c’était belle et bien la fin.

_________________

BY SYDNEY & FIZWIZBIZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Something's Missing By Sydney   

Revenir en haut Aller en bas
 
Something's Missing By Sydney
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» U-Ness & JedSet Feat Lorena "Missing"
» Sydney Opera House
» GC Cameron - you're what's missing in my life - motown 1977
» TRANZIT missing you
» Photos de Tom Byrnes - Enmore Theatre - Sydney (Australie) - 1er Mars 1991

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Epilogue :: Biscuits Relaxation :: Ecrits-
Sauter vers: